Sous le pseudo de Léo se cache un ex-professeur de français, pré-pensionné depuis peu.

Lire a été pour lui une agréable obligation professionnelle mais aussi un loisir délectable, une passion !

A présent qu'il a du temps devant lui, il souhaite partager ses plaisirs de lecteur, ses coups de cœur, ses avis personnels, ses comptes-rendus de lecture... sans prétention aucune!

Simplement partager... et quel meilleur lieu que la bibliothèque communale , une librairie et un blog pour y déposer les quelques« fiches » qu'il a rédigées ?




jeudi 17 décembre 2009

ASPE, Pieter, Chaos sur Bruges, Albin Michel, 2008



Une conversation privée dans une boîte de nuit, le meurtre d'un allemand sur le Burg de Bruges, la statue de Guido Gezelle qui explose, un juge d'instruction véreux, le bourgmestre menacé... et c'est (re)parti pour une enquête du commissaire Pieter Van In, alcoolique et fumeur invétéré. Van In va devoir investiguer dans les arcanes du pouvoir et des gros investisseurs.
Heureusement, il y a Guido Versavel, son adjoint, et surtout Hannelore Martens, la jolie substitut amante de Van In, qui donnent une consistance à ce récit pas toujours facile à comprendre.
Récit à la belge et donc compliqué : ellipses, sous-entendus qui m'ont obligé à revenir deux ou trois fois en arrière pour savoir qui est qui et les relations des uns et des autres.
Son juron « Benson im Himmel » a de quoi exaspérer mais on aura une explication à la page 225.
C'est au fil du récit que vient le plaisir de lire et que le commissaire Van In devient un peu plus sympathique et humain. Cela me donne envie de découvrir l'enquête précédente « Le carré de la vengeance ».
PS : on y parle encore en francs belges...


QUIRINY, Bernard, Contes carnivores, Ed. Du Seuil, Nouvelles, 2008


Une jeune femme qui se laisse éplucher et boire comme une orange...
Un évêque qui possède deux corps...
Un employé sensible aux captations auditives de ses semblables...
Quiproquopolis ou comment parlent les Yapous...
Des jeux de miroirs amoureux...
Un gaudiophone qui s'emballe...
... tel est l'univers dans lequel cet auteur belge nous entraîne!

C'est un véritable régal que ces « contes carnivores ». C'est comme un trou normand au milieu d'un long repas, ça repose, ça rafraîchit : humour, imagination débridée, surréalisme fantastique... le tout dans une langue finement ciselée.
A consommer jusqu'à satiété !



POLET, Grégoire, Chucho, Ed. Gallimard 2009


Chucho, 11 ans et fils de personne, vit dans un quartier populaire de Barcelone. Gosse des rues et rabatteur à son compte, Chucho évolue dans le milieu interlope d'un mac et de prostituées. Ses Nike toutes neuves et toutes blanches lui donnent l'impression de s'envoler. Maquereau en herbe, il a organisé une rencontre entre l'allemand Hans et la Polaka, retrouvée morte. Pendant 24 heures, il va s'accrocher à son rêve : partir avec Hans à New York. Hans lui a promis.

« Chucho », c'est une petite histoire de l'enfance pauvre évoquée sans mièvrerie et sans misérabilisme sur fond d'une Barcelone peinte par petites touches dans une écriture très agréable.



NEVILLE, Katherine, Le huit, Ed. Le cherche midi,


En 782, huit Maures apportent un magnifique jeu d'échecs en cadeau à Charlemagne. Après avoir découvert qu'il est magique, l'empereur décide que le jeu sera enterré dans l'abbaye de Montglane dans les Pyrénées.
En 1790, l'abbesse de Montglane décide de déterrer le jeu et d'en disséminer les pièces afin qu'il ne tombe pas aux mains de ceux qui en ont connaissance.
En 1973, Catherine Velis, informaticienne américaine, est chargée d'aller acheter des pièces du jeu dans le Maghreb.
Selon la légende, le jeu de Montglane permettrait à celui qui en découvrirait la formule de devenir l'égal de Dieu.
Ce roman historico-rocambolesque évoque Charlemagne, Richelieu, Catherine II, Rousseau, Voltaire, Talleyrand, Robespierre, Marat, Napoléon, Newton, Euler… Le lecteur se retrouve tantôt dans l'Amérique et le Maghreb contemporains, tantôt en Russie, en France, en Angleterre, en Espagne…
Deux récits s'entremêlent : celui qui se passe en 1792 (en pleine révolution française) et celui de la quête de Catherine en 1972. Les deux récits se rejoignent et se répondent tout au long du roman.
Rocambolesque parce que l'auteure prend beaucoup de liberté avec l'Histoire et avec la réalité.


On prend plaisir à lire "Le huit" et l'auteur ne tente jamais de nous persuader qu'il s'agit d'autre chose que d'une fiction. Il faut juste être prêt à lire les 960 pages…
On ne bassine pas le lecteur avec de longues parties d'échecs et il n'est pas indispensable de connaître les règles du jeu.

Ce roman a été publié aux Etats-Unis en 1988 et traduit en français en 2002 chez Le cherche midi, puis chez Pocket en 2004. Vingt ans plus tard, Katherine Neville a enfin sorti la suite avec "Le feu sacré" en 2009 aux éditions Le Cherche Midi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire