Sous le pseudo de Léo se cache un ex-professeur de français, pré-pensionné depuis peu.

Lire a été pour lui une agréable obligation professionnelle mais aussi un loisir délectable, une passion !

A présent qu'il a du temps devant lui, il souhaite partager ses plaisirs de lecteur, ses coups de cœur, ses avis personnels, ses comptes-rendus de lecture... sans prétention aucune!

Simplement partager... et quel meilleur lieu que la bibliothèque communale , une librairie et un blog pour y déposer les quelques« fiches » qu'il a rédigées ?




vendredi 30 avril 2010

ROSZAK, Theodore, L'enfer des rêves, Ed. Le cherche midi, Coll. NéO, 2009

Thriller psychologique ? Roman noir ? Un inclassable de chez NéO.
Deirdre Vale a vu deux de ses enfants tués par son mari Peter qui a ensuite retourné le couteau contre lui. Soignée dans la clinique psychiatrique du docteur Devane, elle devient son assistante dans sa recherche dans le monde des rêves. Deirdre a un don; c'est une « guetteuse » : elle peut s'in­troduire dans les rêves des autres et les manipuler. L'arrivée de Constancia, la madone rouge, soeur guatémaltèque expulsée de son pays pour activisme politique et social, va changer sa vie.
Deirdre va devoir affronter Moray, un autre « guetteur » malveillant et pervers. Le bien et le mal vont devoir s'affronter : dualisme, manichéisme !
On entre malgré soi dans ce suspens morbide et pervers à la Chattam où la manipulation est reine... après quelques passages un peu longuets.

dimanche 25 avril 2010

MAITLAND, Karen, La compagnie des menteurs, Sonatine Editions, 2010,

1348 : l'épidémie de peste déferle sur l'Europe et s'abat sur l'Angleterre. Elle fait fuir vers le nord, vers l'est, un groupe de 9 personnes « boni-menteurs » : vendeur de reliques, montreur de tours, peintre et sa femme enceinte, musiciens, jeune lectrice de runes, domestique... Tous ont quelque chose à cacher dans leur fuite de « la pestilence ».
Merveilleux roman dans lequel je me suis plongé à corps et à yeux perdus, fait de relations humaines compliquées, de contes et légendes, d'aventures picaresques, de « menteries » dans une atmosphère de boue, de froid, de neige, de peurs et de mystères et dont la fin est surprenante. Je n'ai pu m'empêcher de repenser à « La fête interdite » d'Adamek. En plus, quel plaisir de tourner ces pages de papier si agréable au toucher.

mercredi 14 avril 2010

WEBER, Patrick, Vikings, Timée-Editions, 2006,

Fiction ésotérico-historique : d'un côté, les SS de l'Ahnenerbe qui veulent absolument prouver l'ascendance de la race aryenne chez les Vikings pour assouvir leurs idéaux nationaux-socialistes;
de l'autre, des résistants de Rouen et en particulier, Pierre le Bihan, jeune archéologue recruté malgré lui, pour s'opposer à la quête des SS. On a droit aussi à la saga pseudo-historique de Rollon, 1er duc de Normandie. « Chef-d'œuvre alliant histoire, suspens et passion avec un brio à couper le souffle » annonce la 4ème de couverture. Tout est un peu exagéré, c'est agréable à lire sans plus...
Cela m'a permis de rafraîchir mes connaissances historiques du Xè siècle et celles de la mythologie nordique mais glanées en dehors de ce roman.

lundi 12 avril 2010

PICART, Hervé, La pendule endormie, Castor Astral, 2010, L'Arcamonde 4

Quatrième enquête de l'antiquaire. Cette fois, tout tourne autour du monde des illusions et du fantastique. Frans et Lauren vont investiguer au sujet d'une horloge ancienne qui ne marque que 11h00 au lieu de 12. Le côté insolite de la chose va titiller, une fois de plus, les neurones de notre antiquaire au point de lui faire vivre à lui et à Lauren une étrange expérience.
L'écriture et le style de Picart me donnent toujours autant de plaisir. (Voir les commentaires des tomes précédents)

mardi 6 avril 2010

SWANN, Léonie, Qui a tué Glenn ?, Nil Editions, 2007, Livre de Poche, 2008, n° 30978. (Prix des lecteurs, sélection 2008)

« La première enquête résolue par Miss Maple, la brebis la plus intelligente du troupeau, voire du village, et peut-être même du monde... »
D'aucuns pourraient penser d'après la présentation éditoriale qu'il pourrait s'agir d'un remake de « Animal farm » de George Orwell remis au goût du jour, mais rien ici d'antistalinien, juste une jo­lie fable, un « exercice de style » où les moutons irlandais du berger George Glenn (clin d'œil de l'auteur ?), mort d'un méchant coup de bêche, essaient de comprendre le monde des humains. Je ne saurai malheureusement (ou heureusement) jamais qui a tué ce pauvre George parce que je me suis endormi au milieu du livre... à force de compter les moutons... ! Pas de quoi bêler de plaisir ! Je m'en vais donc brouter et ruminer un autre livre...

dimanche 4 avril 2010

PICART, Hervé, Le coeur-de-gloire, Castor Astral, 2009, L'Arcamonde 3

Troisième enquête de l'antiquaire : Ornella de Volder, femme du monde qui ne passe pas inaperçue, propose à Frans Bogaert d'expertiser un bijou. Il s'agit en fait d'un simple cabochon en cristal serti dans des griffes d'or. Rien de particulier sinon que la verroterie revient par enchantement à sa pro­priétaire chaque fois qu'elle s'en sépare. Sortilège ? Il y a là de quoi susciter la curiosité de Frans qui démarre son enquête. Surgit alors une vieille histoire à la Capulet et Montaigu, quelque peu morbide, de San Gimignano et non de Vérone.
Surprise ! Frans, personnage de Picart, rencontre une connaissance à la terrasse d'une taverne : le commissaire Van In, personnage de Aspe. Les deux auteurs situent leurs récits au cœur de Bruges. Qu'ils se connaissent (auteurs et personnages) et que je connaisse m'a fait sourire de bonheur!
Au-delà d'une intrigue toujours assez fouillée à propos d'un objet insolite, il y a surtout le plaisir de lire la prose de Picart. Je suppose qu'il vous est déjà arrivé de relire des passages d'un livre et de les partager en lecture à haute-voix avec votre conjoint? Eh bien, c'est le cas avec les enquêtes de l'antiquaire tant les phrases et les mots vous titillent avec bonheur les neurones. A lire et à relire certains dialogues de Frans et de Lauren, son assistante : c'est d'un pétillant ... ! comme de boire un Spritz à une terrasse de Venise.