Sous le pseudo de Léo se cache un ex-professeur de français, pré-pensionné depuis peu.

Lire a été pour lui une agréable obligation professionnelle mais aussi un loisir délectable, une passion !

A présent qu'il a du temps devant lui, il souhaite partager ses plaisirs de lecteur, ses coups de cœur, ses avis personnels, ses comptes-rendus de lecture... sans prétention aucune!

Simplement partager... et quel meilleur lieu que la bibliothèque communale , une librairie et un blog pour y déposer les quelques« fiches » qu'il a rédigées ?




mardi 31 mai 2011

VERHULST, Dimitri, La merditude des choses, Denoël, 2011




Après avoir lu 50 pages, j'ai compris que le titre correspondait très bien au sujet. Je ne vais donc pas déflorer les 200 autres pages restantes. Je laisse ce soin aux lecteurs potentiels et à son auteur pour apprécier cette merditude. J'ai besoin de m'évader et non de m'enliser !

SALAMÉ, Barouk, Le testament syriaque, Rivages Thriller, 2009


Avant d'entamer « Arabian Thriller » de Salamé qui vient de sortir (2011), il me fallait d'abord lire « Le testament syriaque » du même auteur. Imaginez qu'un journaliste free-lance français découvre et ramène avec lui de Tombouctou le présumé/prétendu manuscrit nommé « Le testament de Mahomet », écrit en syriaque – langue ancienne connue des seuls arabo-linguistes - et il n'en faut pas plus pour que Musulmans pakistanais, Américains et érudits français fassent tout pour se l'approprier : ce manuscrit risque d'être une vraie « bombe » pour l'Islam et pour le monde politique.
Avec Alamé (pseudo... et on peut comprendre !), on entre dans un thriller historico-théologique sur la genèse des trois grandes religions monothéistes. Qui dit thriller dit fiction, mais rien n'empêche de s'approprier à travers ce récit des informations culturelles et érudites sur la religion islamique. Les nombreuses notes en bas de pages sont là pour attester les idées avancées par l'auteur et reconnues par les critiques. Et si l'on prend un réel plaisir à lire ce « thriller », rien n'empêche de suivre une vraie grande leçon de philosophie religieuse qui amène à se poser de nombreuses questions. Une postface très intéressante ! Quel beau travail d'écrivain et quel plaisir de lecteur !

jeudi 26 mai 2011

THILLIEZ, Franck, [GATACA], Fleuve Noir, 2011, 509 p.


[GATACA] fait suite au [Syndrome E] et de nouveau Thilliez nous plonge dans un thriller/polar qui repart dans la recherche sur les origines de la violence. Un scénario et une intrigue implacables, les personnages de Hennebelle et de Sharko brisés mais attachants, une petite leçon de biologie génétique (ADN, génome, rétrovirus...), de paléontologie et d'anthropologie très bien vulgarisée, une écriture irréprochable : que du bonheur ! A siroter lentement pour apprécier ce nectar de polar palpitant.

vendredi 20 mai 2011

INDRIDASON, Arnaldur, Hypothermie, Métailie noir, 2010


Un suicide qu'aucun des proches de la victime ne comprend et pourtant qui est affaire classée pousse Erlandur à entamer une enquête privée et à titre personnel. Des disparitions anciennes et non résolues, dont celle de son propre frère, resurgissent dans son esprit. Erlendur doit aussi chasser ses démons personnels et régler ses affaires de famille. Plus philosophique et psychologique que vraiment policière, l'enquête aborde les disparitions inexpliquées, le suicide, le divorce et la séparation, la vie après la mort, les souvenirs, les mediums...
« C'est aussi ça qui me préoccupe : les réponses. Que des gens obtiennent des réponses. Une personne ne quitte pas tout simplement son domicile pour disparaître par enchantement. Il y a toujours une piste. Sauf là, on n'en a aucune. » « Depuis longtemps, il se demandait comment de simples coïncidences pouvaient façonner le destin des gens, décider de leur vie et de leur mort. »
Récit lent et atmosphère tout islandaise et agréable.

mardi 17 mai 2011

NESBØ, Jo, Le léopard, Gallimard, Série noire, 2011, 760 p.

Harry Hole, alcoolo, toxico, poursuivi par les Triades pour dettes de jeu, est en train de sombrer à Hong Kong. C'est un ancien de la Brigade criminelle d'Oslo. Kaja Solness est chargée de le ramener en Norvège pour résoudre une enquête sur un tueur en série. Pour échapper, en quelque sorte, à son destin, Harry accepte bon gré mal gré et la traque au tueur commence. Avec « Le léopard », Nesbo lance un gros pavé dans la mare des thrillers. Un scénario complexe, implacable et extrêmement bien maîtrisé, des personnages attachants, des rebondissements inattendus plongent le lecteur dans cette « brique » palpitante et implacable. Ma seule frustration : n'avoir pas lu « Le bonhomme de neige » auquel le livre fait tout le temps référence.
C'est de l'excellent Nesbø, un pur nectar !

mercredi 11 mai 2011

TIRTIAUX, Bernard, Prélude de cristal, JC Lattès, 2011

En 1886, Lena, jeune harpiste prussienne, rencontre Lazare, souffleur de verre, au temps des révoltes et des grèves des mineurs et verriers de la région de Charleroi. Elle tombe éperdument amoureuse de cet artiste qui lui répare un glassharmonica qu'elle a malencontreusement renversé. Mais il est des rendez-vous manqués qui la poussent à embarquer pour les Amériques. Et c'est ainsi qu'on vague à l'âme avec Lena, tendre et artiste, vive et pétillante, dans un fond de prose poétique et lyrique faite de phrases ciselées aux mots pleins de lumières et de couleurs du maître verrier, artisan des sons et on frissonne avec elle en écoutant « La symphonie du nouveau monde » de Dvořák.
Ce roman est un pur moment de bonheur ! A lire lentement.

Deux extraits :
(Lena, la narratrice, assiste à un spectacle de cirque. Elle est émerveillée, tandis que son ami, artiste également, ne voit que les imperfections)

"Chiche de compliments, ce monde (des artistes) se châtre de tout élan d'enthousiasme par protectionnisme maladif. Du mépris misérable et sans hauteur qui est miroir de petitesse et de pauvreté de l'esprit."

"Je ne peux pas dire que je raffole de me produire dans les cercles mondains. Le brouhaha ambiant ou le bruit des petites cuillères qui tournent dans les tasses de thé quand je joue m'horripilent. M'insupportent aussi les petits doigts levés, l'odeur de poudre, les compliments éculés. Ca rondouille dans le beau monde, ça grazouille, ça pipelette, ça pérore, ça charpie côté femelle. Ca parade, ça subit, ça fait le veau, ça plastronne côté mâle."

lundi 9 mai 2011

ZAFÒN, Carlos Ruiz, Marina, Robert Laffont, 2011, 302 p.

Óscar, 15 ans, interne dans un collège de Barcelone, est le narrateur quelque peu fugueur. Il raconte sa rencontre et ses aventures mystérieuses avec Marina qui a le même âge et German le père de Marina. Mais tout comme dans « L'ombre du vent » et « Le Jeu de l'ange », Zafòn nous plonge dans cette atmosphère surnaturelle, inquiétante, énigmatique, fantastique, diabolique... comme il en a le secret.
Paru en espagnol en 1999, « Marina » vient seulement d'être traduit par François Maspéro (traducteur de Sepulveda, de Reverte et de Zafon, pour « Le jeu de l'ange ») : gage d'une écriture peaufinée. Cette Barcelone de 1980 nous paraît pourtant intemporelle avec ses grandes villas qui semblent abandonnées, les filatures dans les rues, ruelles et égouts de la ville gothique. Style, personnages, lieux, intrigue, tendresse et mystères... tout est là pour qu'on soit envoûté par ce récit plein de charmes.

mardi 3 mai 2011

BONNOT, Xavier-Marie, Le Pays oublié du temps, Actes sud, Actes noirs, 2011

Le docteur Delorme était un célèbre neurochirurgien et un collectionneur d'art papou. Le vieil homme est retrouvé mort, un masque sur le visage et un trou au milieu du front. Septante ans plus tôt, il était parti explorer avec son ami Ballancourt la Nouvelle-Guinée-Papouasie pour ramener des œuvres d'art primitif du temps où les Papous étaient encore cannibales et coupeurs de têtes. Michel de Palma, commandant de police à Marseille, est chargé de l'affaire. Une enquête bien lente et une intrigue plus philosophico-ethno-anthropologique sur les traditions papoues que policière.
Intéressant sans être réellement palpitant.