Sous le pseudo de Léo se cache un ex-professeur de français, pré-pensionné depuis peu.

Lire a été pour lui une agréable obligation professionnelle mais aussi un loisir délectable, une passion !

A présent qu'il a du temps devant lui, il souhaite partager ses plaisirs de lecteur, ses coups de cœur, ses avis personnels, ses comptes-rendus de lecture... sans prétention aucune!

Simplement partager... et quel meilleur lieu que la bibliothèque communale , une librairie et un blog pour y déposer les quelques« fiches » qu'il a rédigées ?




mercredi 31 mars 2010

VANN, David, Sukkwan Island, Gallmeister, 2010

Un père (Jim) propose à son fils Roy de 13 ans d'aller vivre tous les deux pendant un an sur une île déserte et sauvage du sud de l'Alaska pour apprendre à mieux se connaître.
C'est une invitation totalement inconsciente d'un père déstabilisé par les erreurs de sa vie que d'aller vivre à la Robinson dans une cabane pourrie au milieu de nulle part. Espèce de thérapie pour le père, apprentissage de la vie pour Roy qui va découvrir le vrai visage de son père.
Qui du père ou du fils est le plus équilibré, le plus adulte, le plus mature ?
La première partie est faite de dialogues rapportés (sans tirets) et de réflexions de Roy, espèce de narrateur en « je/il ».
Fin de la 1ère partie, p.113, tout bascule... dans l'horreur.
Des personnages extrêmement bien décrits que l'on découvre progressivement, un style original et parfait (même si c'est une traduction), un rythme soutenu, une tension haletante et suffocante... bref, un excellent premier roman incomparable !

lundi 29 mars 2010

PICART, Hervé, L'orgue de quinte, Castor Astral, 2009, L'Arcamonde 2

Deuxième enquête de l'antiquaire. Victor Brunel, beau-père de Frans Bogaert, fait découvrir la ville de Provins à l'antiquaire. C'est le dernier endroit où l'on a vu Laura, l'épouse de Frans partie un beau jour sans raison. A Provins, c'est jour de Brocante et Frans déniche par hasard un objet insolite qu'il s'empresse d'acheter en marchandant. L'objet en question serait un « orgue à liqueurs ». Pas convaincu, l'antiquaire va faire des recherches.
Je pensais relire en diagonale ce roman pour lequel je n'avais pas rédigé de fiche mais c'était sans compter avec le bonheur de redécouvrir cette langue bien tournée derrière laquelle on sent le philologue, le latiniste qu'est Picart. Écriture, certes, un peu précieuse mais tellement agréable à lire, piquée de quelques traits d' ironie fine.

samedi 27 mars 2010

GIESBERT, Franz-Olivier, L'immortel, Flammarion, 2007 & « J'ai lu » policier, 2008

Survivre à 22 balles dans le buffet lors d'une embuscade dans un parking souterrain d'Avignon fait de Charly Garlaban un « immortel ». On découvre alors le milieu interlope marseillais, l'omerta, la vendetta, la guerre des gangs, les nervis et gardes du corps, les règlements de compte, les trafics, les collusions politiques... « L'immortel » est un polar à l'ancienne avec les techniques modernes (drogues, tortures et flingues) : on y tue comme on respire, sans scrupule; on se la joue à la « Le Parrain » et on écrit à la Frédéric Dard mais avec l'accent et l'argot marseillais. Les « va et vient » chronologiques, les flash back créent malgré tout un certain suspens. Finalement, le récit n'est pas très original mais semble être écrit pour un scénar de film d'actions que je n'ai pas vu malgré le tapage médiatique.

mercredi 24 mars 2010

CAMUS, David, Le Roman de la CroiX : Crucifère, tome 3, Robert Laffont, 2009

Troisième tome de cette fresque qui en comptera cinq, « Crucifère », la légendaire épée de Saint-Georges est au côté de la belle Cassiopée, fille de Morgennes et de Guyane de Saint-Pierre.
C'est la longue (trop longue) quête de Cassiopée : retrouver son père qu'on dit mort et rejoindre sa mère qui l'y précède dans sa quête.
Il s'agit aussi du mythe de « la descente aux enfers »; Orphée et Cie.
Les critiques disent que D. Camus est entré dans le monde de la Fantasy... Le monde du merveilleux, certes, celui des contes et légendes où son (ses) personnage(s) découvrent d'autres mondes, mais pas celui de la Fantasy. Bref, je me suis essoufflé pendant la lecture de ce troisième tome qui fait suite au premier et je l'ai abandonné en route. Si les deux premiers m'avaient séduit, ce dernier (pour moi, puisqu'il y a/aurait encore deux suites) m'a paru extrêmement lent et ennuyeux. Il obtient néanmoins cinq étoiles chez certains sites de critiques littéraires.

mardi 23 mars 2010

PICART, Hervé, Le dé d'Atanas, Castor Astral, 2008, L'Arcamonde 1

Le 4ème tome de l'Arcamonde vient de sortir : « La pendule endormie », ou la 4ème enquête de l'antiquaire. L'auteur en prévoit 12. C'était le moment de ressortir ma fiche rédigée au moment de la sortie de la 1ère enquête.

Au coeur de la vieille ville de Bruges, une boutique au charme désuet et au nom troublant : L'Arcamonde. C'est le domaine de Frans Bogaert, gentleman distingué et cultivé qui se livre avec autant de flegme que de passion à ses activités d'antiquaire. Avec son assistante, étonnante réplique de Lauren Bacall, et à l'aide des instruments sophistiqués que recèle son laboratoire, Bogaert expertise des objets hors du commun...

Hervé Picart, professeur de latin et de grec (France) et ancien chroniqueur de Rock (chez «Best») a planté son décor dans Bruges. Il apprécie Jean Ray (Malpertuis et les «Harry Dickson»).
Ce qui surprend dans son style, c'est une écriture un peu maniérée, ampoulée, obsolète..., à la Maupassant, mais très agréable. Le vocabulaire est également recherché : fragrance, alacrité, atrabilaire, visage lilial, viduité, boyard, komboloï... Les descriptions des lieux et des personnages sont très ciselées. Plaisir de lire !
Ce qui étonne, c'est qu' à cause de ce style, on a l'impression que le récit se déroule dans le passé mais, l'ancien confessionnal où médite Bogaert cotoie des ordinateurs aux logiciels très élaborés. Le lecteur découvre également la mythologie lituanienne à la Jean Ray (Malpertuis).
C'est un mélange de policier (à la Sherlock Holmes), de fantastique et de fantasy.

L'idée du destin...

(extrait de Susanna TAMARO, "Va où ton coeur te porte", Plon 1998 et Pocket 2002)
(d'une grand-mère à sa petite-fille...)


"L'idée du destin nous vient avec l'âge. Lorsqu'on a le tien, généralement on n'y pense pas, tout ce qui arrive nous apparaît comme le fruit de notre volonté. Tu te sens comme un ouvrier qui, pierre à pierre, construit devant lui la route qu'il devra parcourir. C'est seulement, bien plus loin, que tu t'aperçois que la route est déjà construite, un autre l'a tracée pour toi et tu n'as plus qu'à continuer. On fait habituellement cette découverte vers quarante ans, on commence à sentir que les choses ne dépendent pas uniquement de soi. Moment dangereux au cours duquel il n'est pas rare de glisser dans un fatalisme étriqué. Pour voir le destin dans toute sa réalité, tu dois laisser passer encore quelques années. Vers soixante ans, quand la route derrière toi est plus courte que celle qui te reste, tu vois quelque chose que tu n'avais jamais vu avant : le chemin que tu as parcouru n'était pas rectiligne mais plein de carrefours, à chaque pas il y avait une flèche qui t'indiquait une direction différente, de là partait un sentier, de là un chemin herbeux qui se perdait dans les bois. Certaines de ces déviations, tu les as prises sans même t'en apercevoir, d'autres, tu ne les as même pas vues ; celles que tu as négligées, tu ne sais pas où elles t'auraient conduite, dans un endroit meilleur ou pire ; tu ne le sais pas mais tu éprouves des regrets. Tu aurais pu faire telle chose et tu ne l'as pas faite, tu es revenue sur tes pas au lieu d'avancer. Tu te souviens du jeu de l'oie ? La vie avance à peu près de la même façon."

HARDIE, Titania, Le labyrinthe de la rose, First Editions, 2008

D'abord, parler du livre objet : couverture en carton fort, à l'intérieur le livre en lui-même (même couverture) et à gauche un "bloc-notes" qui accompagne et qui reprend certains textes en rapport avec le roman. Très belle présentation. Encore fallait-il savoir si l'emballage correspondait à l'intérêt du récit !
Il faut savoir prendre des risques pécuniaires!

Moins de 50 pages encore à lire (sur 472), mais quand on est pris par un livre, on tarde à le terminer... et je ne pouvais m'empêcher de vous en parler.

Historique, philosophique, humaniste, sentimental, énigmatique...
On passe de John Dee (un des plus brillants esprits de l'époque d'Elisabeth 1ère) à aujourd'hui.
Un héritage : une (ou plusieurs) clé(s), des manuscrits qui ne doivent se transmettre que par les filles de la lignée de John Dee. Mais il faudra compter sur l'opiniâtreté de certains sionistes chrétiens, adeptes de la parousie, fondamentalistes et sectaires, prêts à tout pour s'emparer de cet héritage.
34, le chiffre symbole du livre; philosophie, ésotérisme, Kabbale, alchimie, humanisme panthéiste, les rosicruciens "la Rose-Croix", énigmes cryptées, carré de Jupiter...

Bref, un thriller "mystique" !

lundi 22 mars 2010

LOEVENBRUCK, Henri, Les cathédrales du vide, Flammarion Thriller, 2009

Ari Mackenzie des Renseignements Généraux, spécialiste des sectes, de l'hermétisme, de la scolastique, de l'herméneutique, de l'obscurantisme et de l'ésotérisme est en congé de maladie pour dépression : son idylle avec Lola la libraire est malheureusement terminée et sa dernière enquête (lire « Le rasoir d'Okham ») est restée inachevée, classée par le Secret Défense.
Des disparitions et des décès étranges, son appartement fouillé ainsi que celui d'Iris sa collègue et de Zalewski, garde du corps, vont décider Ari à prendre l'affaire en main malgré lui. Et c'est reparti à la Indiana Jones. Intrigue bien construite, style haletant... un bon moment à passer.

jeudi 18 mars 2010

CAMUS, David, Le Roman de la CroiX : Morgennes, tome 2, Robert Laffont, 2008

(Relire le compte-rendu du 1er tome : Les chevaliers du royaume)
Comme dans le 1er tome, il s'agit d'une épopée médiévale mêlant histoire et « merveilleux ». Ce second tome qui n'est pas la suite du premier mais qui le précède relate l'enfance, l'adolescence et la vie de Morgennes jusqu'à ses 35 ans. Le narrateur principal est Chrétien de Troyes et il nous fait vivre, à sa manière, les aventures du personnage de Morgennes. Il s'agit d'une quête « Va vers la Croix » mais aussi d'autres quêtes : tel le Graal, Crucifère, l'épée de saint Georges, tueur de dragon, est au centre du récit. On n'est jamais loin de l'image de Merlin, d'Arthur, de Lancelot, de Perceval, de Guenièvre... mais on ne peut pas ne pas penser à Rodrigue et à Chimène. Histoire, mythe (Noé et son arche) et légende (dragons) se fondent dans cette narration. C'est une agréable lecture pour qui veut se laisser plonger dans le monde épique du temps des croisades. Affaire à suivre dans « Crucifère », le tome 3. (On peut d'ailleurs lire les trois tomes dans n'importe quel ordre !)

ROUANET, Marie, Trésors d'enfance, Albin Michel, 2009

Souvenirs d'enfance qui nous rappellent qu'un simple végétal ou minéral pouvaient être un jeu, une occupation, un divertissement. C'était l'époque où l'imagination existait encore, où l'on pouvait rêver et construire avec un « rien » : un noyau, un fruit, une fleur, une boîte d'allumettes, un osselet... Tout était jeu et rêve !

C'est une petite bouffée de nostalgie, de lyrisme et de poésie : un interlude d'oxygène... à l'heure de cette technologie envahissante.

Je pourrais, moi aussi, évoquer l'époque où deux manches à balai et des patins à roulettes me permettait d'être le dernier des Mohicans dans son canoë... dans le garage de mes parents ... tandis que ma soeur jouait à être "le petit rat de l'opéra". Quels souvenirs ! Un jour, peut-être j'écrirai "Mémoires d'un sale gosse"! Qui sait ?

lundi 8 mars 2010

BROOKMYRE, Christopher, Les canards en plastique attaquent, Denoël, , 2010

Quand on voit « titre et couverture », on se dit qu'on va tomber dans un récit déjanté, décapant et fa­cétieux ! Pas vraiment, s'il on excepte certains épisodes politiquement incorrects mais tellement charmants. En fait, le sujet de l'intrigue est le surnaturel : peut-on croire aux médiums et à la télépa­thie ? D'un côté, les sceptiques; de l'autre les crédules. Rationalisme et crédophilie... dilemme ! Le médiumnique Lafayette est-il un mystificateur, un imposteur, un arnaqueur ? Allez savoir, mais un manipulateur, sûrement : au journaliste « rentre dedans » Parlabane de nous le prouver. Un « fantas­tique » polar, novateur et fascinant. «Fantastique? » parce que je croyais lire du Maupassant, du Poe ou du Jean Ray par moment. « Polar ?» parce que les cadavres sont là mais très tard... il faut savoir attendre. « Novateur ?» parce qu'il ne commence pas par la découverte d'un corps dans le 1er chapitre ou un prologue, parce qu'il y a de nombreux narrateurs qu'on ne devine qu'à la lecture et « fascinant » parce qu'on ne le quitte que difficilement, parce que l'on passe de la certitude au doute et du doute à la certitude. L'intrigue est très bien construite. Roman passionnant, étonnant mais ne comptez pas sur moi pour vous en dévoiler plus ! (Explication du titre p. 187)

vendredi 5 mars 2010

MÀRAI, Sàndor, Le miracle de San Gennaro, Albin Michel, 2009

Ce n'est pas vraiment un roman puisqu'il n'y a pas, à proprement parler, d'histoire, à part celle d'un couple de réfugiés « rédemptionnistes » dans la seconde partie du livre. C'est essentiellement un exposé d'anecdotes sur la vie des Napolitains et des habitants du Pausilippe – colline qui fait face à la baie de Naples, à Capri et au Vésuve – en 1949, quelques années après la guerre. Lieu de désespérance et comme dirait Nerval : « ... Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie... » (« El Desdichado » in Chimères). Emigrants, immigrants qui peuplent ce territoire où vivent dans la pauvreté le petit peuple italien : le tripier communiste, le maçon vendeur d'images pieuses, le marchand de vin, le pêcheur manchot, le vendeur de cacahuètes, et celui qui propose des cyclamens aux amoureux et aux touristes... C'est le côté pauvre et surpeuplé de cette région d'Italie que nous décrit Màrai en observateur-conteur dans un style superbe : un chapitre sur les dévotions superstitieuses des Napolitains, quatre pages sur les vents personnifiés qui les touchent... Il faut laisser le livre, passer à autre chose, le reprendre, l'abandonner à nouveau et s'y replonger pour savourer l'atmosphère poétique qu'il dégage. Amoureux de l'Italie, il m'est arrivé de relire certaines pages teintées des « Bucoliques » virgiliennes. Et nous ne sommes pas loin de Cumes (Cuma) où débarqua jadis Enée.